COVID-19 : attention à l’air que vous respirez !

Parmi tous les modes de contamination du coronavirus, un en particulier est sujet à polémique : la contamination par voie aérienne. Une étude américaine semblerait corroborer le fait que ce mode de diffusion du virus SARS-CoV-2, à l’origine de la maladie COVID-19 serait plus important que beaucoup de scientifiques épidémiologistes ne le croient.

Les deux principaux modes de contamination dont on parle le plus sont :

  1. Le contact avec une personne infectée qui a éternué ou toussé et qui a propulsé dans l’air des microgouttelettes respiratoires. à moins d’un mètre.
  2. Le contact avec des surfaces ou des objets qui ont été contaminés par ces projections de microgouttelettes et que vous avez touchés avec votre corps, principalement les mains.

Attention au gel hydroalcoolique !

Ces deux modes de propagation du virus imposent la nécessité de nettoyer régulièrement votre environnement proche (ce qui n’est pas toujours possible, notamment si vous êtes à l’extérieur comme dans un magasin d’alimentation ou un supermarché).

Le plus simple consiste donc à se laver les mains régulièrement avec un gel hydroalcoolique ou tout simplement avec de l’eau ou du savon. Attention, néanmoins à ne pas vous laver les mains trop souvent notamment avec les gels hydroalcooliques qui contiendraient des perturbateurs endocriniens.

Ainsi, une étude parue en 2017* avertit des dangers d’une utilisation immodérée de gel désinfectant. En effet, ces produits sont composés de substances qui seraient des perturbateurs endocriniens comme le triclosan et le triclocarban qui pourraient intervenir dans le déclenchement ou l’aggravation de cancers comme celui du sein ou créer des dysfonctionnements hormonaux.

De plus, il existe déjà, à la surface de la peau, des germes qui la protègent contre les agressions extérieures. Aussi, se laver les mains en permanence réduirait ainsi votre immunité ! Sans compter les allergies, les problèmes dermatologiques, voire les migraines… pouvant être provoqués par un emploi abusif de gel hydroalcoolique. il semble, selon de nombreux spécialistes, que de l’eau et du savon (liquide, de préférence) suffiraient pour assurer une désinfection suffisante.

Un coronavirus survivant plusieurs heures à l’air libre

Selon une autre étude américaine*, un autre problème semblerait se poser car si le SARS-COV-2 à l’origine de la maladie COVID-19 se répand en passant d’un individu à un autre, mais ce virus serait capable de survivre plusieurs heures dans l’air.

Cela pose un problème car si cela est vrai et que le virus se déplace dans l’air, même si vous conservez une distance d’un mètre (pour certains épidémiologistes, la distanciation sociale devrait être de deux mètres !), cet éloignement ne vous protégerait pas de l’infection à ce coronavirus !

Selon les scientifiques ayant participé à cette étude, le SARS-CoV-2, comme son nom l’indique en partie, (SARS), pourrait rester actif dans l’air, (viabilité à l’air libre) pendant une durée comparable au coronavirus à l’origine du… SARS (syndrome respiratoire aigu sévère) de triste réputation et qui fit tant de ravages entre 2003 et 2004 !

D’ailleurs, le coronavirus à l’origine du COVID-19, pandémie qui ravage le monde en ce moment, a pour nom SARS-CoV-2. Ce qui veut dire coronavirus de syndrome respiratoire aigu sévère 2 !

La première remarque est ce nom exact était connu depuis l’apparition officielle de l’épidémie en Chine à Wuhan en 2019. Donc, les spécialistes ont su très tôt que cette terrible épidémie n’était pas une forme de grippe, voire même comparable à un rhume comme on l’entendait encore fin février !

La deuxième remarque est qu’on n’entend pratiquement jamais parler du nom exact de ce virus SARS-CoV-2 ! Dans la majorité des commentaires dans les médias, aussi bien de la part des scientifiques que de journalistes, on désigne en général le virus et la maladie sous la même appellation de COVID-19, nom tout aussi difficile à prononcer ! Est-ce pour ne pas trop inquiéter la population ?

A vous d’en tirer vos propres conclusions.

Une charge virale inquiétante !

Nous nous contenterons d’analyser l’aspect scientifique de cette étude attestant d’une longue et inquiétante viabilité du SARS-CoV-2 à l’air libre. Celle-ci est donc comparable à celle du virus SARS-CoV à l’origine du sinistre SARS.

Ce qui augmente la dangerosité de cette maladie est la charge virale du SARS-CoV-2. La charge virale est la quantité d’un virus présente dans un certain volume, ici dans une excrétion virale par l’épithélium nasal. Cette charge virale permet de connaître la gravité de d’une infection.

Or la charge virale du SARS-CoV-2 est beaucoup plus importante que celle du SARS-CoV, et nettement plus élevée que celles des virus des différentes grippes ! Le CoVID-19 est, en fait, une pneumonie virale très grave s’attaquant aux deux poumons contrairement aux pneumopathies bactériennes n’affectant souvent qu’un poumon !

Une autre étude concernant la viabilité aérienne du SARS-CoV-2 a été publiée le 17 mars 2020 par le New England Journal of Medicine, une des publications scientifiques les plus réputées au monde. Celle étude américaine a conclu que ce nouveau coronavirus très infectieux et très dangereux pouvait persister 24 heures sur du carton et de deux à trois jours sur des surfaces en acier ou en plastique !

De même, le virus diffusé dans l’air ambiant pourrait y persister jusqu’à trois heures sous forme de particules suspendues dans l’air !

En résumé, entretenez votre système immunitaire !

Il faut donc que vous fassiez très attention à vous, que vous vous protégiez du mieux possible, que vous respectiez les règles de distanciation ou de confinement. Il importe aussi de nettoyer régulièrement votre logement, de vous désinfecter les mains (mais pas trop, rappelez-vous les dangers des gels hydroalcooliques).

Cependant, le plus inquiétant est qu’il n’y a pas, pour l’instant, de traitement médical (malgré les espoirs donnés par la chloroquine… encore à attester scientifiquement) et l’attente d’un vaccin espéré… au plus tôt dans un an !

Votre meilleure défense est donc de choyer votre système immunitaire et de le renforcer dès que possible car c’est notre seule barrière actuellement contre ce virus. D’ailleurs tous les patients guéris jusqu’à maintenant l’ont été grâce à leur système immunitaire fort !

En résumé

  • faites attention à vous,
  • respectez les gestes barrières et de distanciation sociale
  • mais surtout…. protégez bien votre système immunitaire

Si vous voulez participer facilement mais de façon active à la prévention et à la lutte contre la propagation de l’épidémie : partagez ces informations avec vos proches.

Notre prochain article vous aidera à savoir si vous êtes un sujet à risque d’infection par le virus SARS-CoV-2 à l’origine de la maladie CoVID-19.

* The Florence Statement on Triclosan and Triclocarban

Rolf U. Halden , Avery E. Lindeman , Allison E. Aiello , David Andrews , William A. Arnold , Patricia Fair , Rebecca E. Fuoco , Laura A. Geer , Paula I. Johnson , Rainer Lohmann , Kristopher McNeill , Victoria P. Sacks , Ted Schettler , Roland Weber , R. Thomas Zoeller , and Arlene Blum. Published:20 June 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *